23.12.09

Janot n'aura pas suffi !

Malgré une prestation exceptionnelle, Jérémy Janot, le gardien de Saint-Etienne, n'a pas réussi à empêcher la défaite de son équipe hier soir face au Racing Club de Lens (1-0). Le but a été inscrit sur pénalty à la dernière minute par le Brésilien Eduardo. Avec ce nouveau revers, les Verts restent engoncés dans le bas de tableau avec seulement 16 points à mi-championnat. Les Sang et Or, eux, sont maintenant dans le ventre mou avec 26 points acquis en 19 matchs. Avec une seule défaite lors de leurs neuf derniers matchs, ils peuvent espérer une deuxième partie de saison de toute beauté.

Lens_Saint-Etienne_Samuel_Duhamel.mp3

Echos et déclarations

Jean-Guy Wallemme : "Janot a été exceptionnel, on savait qu'on allait avoir des occasions mais on a sans doute été trop maladroits. On l'a mis en valeur, lui aime ça, il est tonique, il va vite, mais c'est vrai qu'on a raté pas mal d'occasions, on a manqué de lucidité. On a joué dans ce qu'ils avaient préparé, Roudet a été cadenassé par Matuidi, on a eu du mal. On revient de loin, on a 26 points, je ne pensais pas qu'on allait avoir autant de points à la trêve. Il faut savourer maintenant mais aussi prévoir qu'il y a 7 matchs en janvier. On a pris pas mal de points en fin de match ces derniers temps (Marseille, Paris, Saint-Etienne), ça s'est joué au mental. Serge Aurier, c'est un choix ! Il a 17 ans, c'est un signe fort par rapport aux jeunes du centre de formation et Serge a fait son travail face à un Payet déroutant. Le 1er match est important dans une carrière, j'avais demandé à ses coéquipiers de bien l'entourer. La blessure de Boukari ? Son genou a tourné, je crains qu'il souffre d'une entorse. Le panenka d'Edu ? C'est un très gros risque, mais Edu savait que Janot allait plonger, ça fait plaisir !"

Première : Du haut de ses 16 ans et 363 jours, Serge Aurier a joué pour la première fois en L1. Le capitaine de la CFA du RC Lens a remplacé par Marco Ramos, suspendu.

Christophe Galtier : "C'était important de ramener un point d'ici, on a eu un premier quart d'heure difficile, Janot a été exceptionnel. On a trop subi en fin de match. C'est une grosse déception, les joueurs ont beaucoup donné. On a eu une entame de match très difficile, c'était tendu, on était recroquevillés, on a concédé des coups francs stupides. Je suis satisfaite de la deuxième période. On n'a pas assez percuté, tiré et centré mais c'est le lot des équipes en difficulté. Le chantier primordial, c'est d'avoir une assise défensive mais le chantier offensif est énorme aussi, par rapport à ce que j'ai vu ce soir, je ne peux pas être satisfait. Concernant les absents, Bayal sera absent encore deux mois et Sanogo reviendra mi-janvier. Par rapport à ces deux premiers matchs, au niveau des points, ce n'est pas satisfaisant mais au niveau de la combativité ey de la solidarité, c'était bien mais ça, c'est le minimum. Il faut avoir plus de sérénité. Je dois maintenant trouver les meilleures complémentarités possibles. Je vais sauver Saint-Etienne, je suis convaincu et déterminé."

Toifilou Maoulida : "J'ai eu deux occasions dans le match, tous les joueurs ont eu des occasions mais on n'a pas su les concrétiser, on aurait pu mener 3-0 à la pause mais Janot a été exceptionnel. On a arraché la victoire à la 92e minute. Le maintien n'est pas encore acquis. On va encore perdre des matchs, mais on va revenir forts même si notre calendrier va être difficile. On joue bien, c'est vrai, on gagne avec la manière. Notre état d'esprit a changé, on a pris conscience de nos qualités. Sur le pénalty, le ballon me tombe sur la main. L'arbitre a sifflé, je suis bousculé et je tombe. La victoire est méritée, les Stéphanois nous l'ont dit. On a eu de la chance. Bravo à Eduardo ! Il fallait avoir du culot."

Propos recueillis par Samuel Duhamel

16.12.09

Et maintenant, le froid pour les réfugiés de Calais !

video
Hier, le gouvernement français a renvoyé neuf Afghans dans leur pays d'origine, un pays en guerre et en déshérence. Une manière de convaincre ceux qui ne sont pas encore partis de rester chez eux. La méthode est connue, elle ne marchera pas. Quand on quitte sa famille, ses racines et ses amis, c'est qu'on a de bonnes raisons de le faire. Dans le Calaisis, malgré la pression policière, la destruction des squats et le dénuement qui les touche, les migrants sont toujours là. Ils sont afghans mais aussi irakiens, iraniens, palestiniens, érythréens ou égyptiens. Dorénavant, outre l'Etat policier et les passeurs, ils ont un autre ennemi à défier : le froid. Depuis 2002 et la fermeture du centre de réfugiés de Sangatte, aucun d'entre eux n'est tombé des conséquences d'un hiver trop rude. C'est presqu'un miracle. Les miracles arrivent rarement...
Samuel Duhamel

11.12.09

Lille, quatre à quatre

Hier soir, Lille a atomisé Saint-Etienne (4-0) pour le compte de la 11e journée du championnat de Ligue 1. Les buts ont été inscrits par Frau, Cabaye, Gervinho et Rami. C'est le quatrième succès de rang pour le LOSC à domicile, le troisième avec quatre buts marqués. Le LOSC est désormais huitième de Ligue 1 à seulement deux points de Montpellier, deuxième. Les Verts, eux, restent engoncés dans les bas-fonds du tableau à la dix-septième place. Ils ne comptent que trois points d'avance sur Boulogne-sur-Mer, actuel premier relégable.

LOSC SAINTE_Samuel Duhamel.mp3

Echos et déclarations :
Alain Roche Antoine Kombouaré en observateurs : le directeur sportif et l'entraîneur parisiens étaient dans les tribunes du stadium ce soir. La raison est simple : le PSG accueille les Verts dimanche à 17h.

Quatrième succès consécutif à domicile pour le LOSC, le troisième avec quatre buts marqués (après Valenciennes 4-0 et Lyon 4-3).

Grâce à leur huitième but de la saison en L1, Frau et Gervinho montent sur la deuxième marche du classement des buteurs du championnat. Ils sont devancés par Nênê avec 10 buts.
Rudy Garcia, entraîneur de Lille : "On est sur une série intéressante, 15 points sur 18, on est vraiment installés dans la première moitié de tableau, il faudra maintenant être performant à Monaco. C'est un match accompli, on a mieux géré la deuxième période, on a été matures, intelligents. On a aspiré l'équipe de Saint-Etienne. J'ai aimé le comportement de mon équipe ce soir. Tout le monde a bien travaillé défensivement. Il faut se préserver du sentiment d'invincibilité. L'état d'esprit est excellent depuis le début de saison. On a bien su rebondir, on est une équipe jeune, enthousiaste, et en plus on sait maintenant se montrer patients. Sur le but d'Adil, il a fermé les yeux, je suis sûr (rires) non, en fait, il bosse les coups francs à l'entraînement, c'est bien !"
Alain Perrin, entraîneur de Saint-Etienne : "Après le 2e but, les joueurs ont baissé les bras. A 2-0, ils ont senti que la tâche était impossible. Ce n'est pas un match à oublier, il doit nous alerter sur notre situation, ça doit nous servir d'électrochoc. Si on joue comme ça au Parc dimanche, on aura la même punition. C'est inquiétant. Dans notre situation, on doit se battre jusqu'à la dernière minute, on ne doit pas se désunir comme ça. On va discuter, regarder le match pour voir quelles sont nos erreurs. On doit pas laisser filer un match comme cela. On a commis trop de fautes techniques. Mes joueurs ont peut-être été découragés. Si on veut garder notre place en L1, il faut changer d'attitude. On est inoffensifs, il y a trop d'approximations, ce n'est pas assez consistant pour inquiéter l'adversaire. C'est un problème de confiance, c'est sûr. On est dans une spirale négative. On a pas su relever le challenge. Je n'ai pas le sentiment que mes joueurs m'aient lâché, il faut faire davantage d'effort. Mes joueurs étaient vraiment motivés avant le match mais lorsque les choses ne se déroulent pas bien, on lâche ! Il n'y a pas de crise entre les joueurs, il y a une crise de résultats. On a trop de jeunes joueurs livrés à eux-mêmes avec nos nombreuses absences. Les absents pourraient rassurer nos jeunes mais ce n'est pas le cas. En partie, les solutions sont à l'infirmerie, on va essayer de bien préparer le mercato. On va faire l'inventaire des joueurs sur lesquels on peut compter !"
Propos recueillis par Samuel Duhamel

4.12.09

Paris en cinquième vitesse !

Le PSG a balayé l'USBCO mercredi soir lors du match en retard de la 14e journée au stade de la Libération.
Les Nordistes étaient pourtant bien entrés dans la rencontre et prenaient l'avantage peu avant la mi-temps grâce à une frappe surpuissante de Guillaume Ducatel.
Mais au retour du vestiaire, sous l'impulsion de Peguy Luyindula, les hommes de Kombouaré se sont révoltés inscrivant quatre buts en dix minutes (Chantôme, Luyindula et doublé d'Erding). Ramaré a réduit le score sur pénalty mais c'est Maurice, l'attaquant parisien, qui a permis aux joueurs de la capitale de l'emporter avec trois buts d'écart. Score final : 2-5 ! Les Parisiens gagnent cinq places au classement passant de la 12e à la 7e position. Les Boulonnais restent avant derniers.

USBCO_PSG_Samuel Duhamel.mp3

Décalarations d'après-match :


Laurent Guyot, entraîneur USBCO :"C'est une énorme claque qu'on prend ce soir. La déception est à la hauteur des espoirs qu'on avait à la mi-temps de ce match. On a tout perdu en quelques minutes, la rentrée de Luyindula nous fait mal. Va falloir être capables de rebondir dès dimanche contre Lens. On y cru pendant 60 minutes, on jouait avec de l'envie, on contenait les Parisiens mais après leur but, on a un peu craqué. Psychologiquement, c'est dur ! On est fragilisés, c'est sûr. Faut se remobiliser tout de suite, l'objectif maintien est toujours abordable."

Antoine Kombouaré, entraîneur PSG :"Mes joueurs se sont réveillés en deuxième mi-temps. On était incroyablement fébriles en première mi-temps, on a su retrouver du jeu avec des passes courtes. Le terrain était difficile, il faut dire que la défense de Boulogne a pris l'eau. Ce qui est rageant, c'est leur deuxième but, on doit pas le prendre, on n'a pas le droit de relancer l'adversaire comme ça. Peguy a fait une très bonne entrée, c'est bien. Quand on gagne, on garde beaucoup de positif. J'attends beaucoup de Peguy, il va vite, il peut garder les ballons, servir les attaquants. Clément Chantôme, décalé à droite, nous permet de revenir dans la partie, c'est bien aussi. Je ne vais pas m'enflammer pour autant. C'est notre deuxième succès de rang. Mais maintenant, c'est Bordeaux, ça va être dur ! Quand on est Paris, il faut essayer de figurer dans la première moitié. Je n'ai pas envie de parler d'arbitrage, je ne veux pas commenter le penalty pour nous. Il a été sifflé, tant mieux pour nous. On accumule de la confiance avant Bordeaux, c'est bien mais ce sera autrement plus dur ! Edel n'a pas eu grand chose à faire et ce qu'il a eu à faire, il l'a bien fait !"

Propos recueillis par Samuel Duhamel