28.12.07

Les Découvertes lilloises

video
Images et commentaires : Samuel Duhamel

Léguer à un organisme caritatif

video
Images et commentaires : Samuel Duhamel

28.10.07

Promenade filmée de Cormontaigne... au Groland !

En marge de la campagne des municipales, la semaine dernière, une chaîne de télévision a filmé le quartier, de la place Cormontaigne à la rue Roland. Le reportage, destiné au public senior d’un nouveau réseau câblé, a ciblé des propos qui se voulaient sérieux. Mais cela n’a pas empêché une dose d’humour des participants quand, par exemple, le groupe de promeneurs s’est retrouvé dans la présipauté de la rue (G)Roland.

La semaine dernière, au milieu d’une promenade « de campagne » en milieu urbain, une caméra a braqué son objectif sur quelques sites et habitants du quartier. Aux commandes, Samuel, jeune JRI (journaliste reporter d’images) ayant fait ses études à Lille. Il n’a pas oublié la capitale des Flandres en proposant un certain nombre de sujets nordistes aux producteurs d’une émission baptisée « Temps libre » et destinée à être diffusée – via le câble, le satellite ou le web – sur une nouvelle chaîne de télévision parisienne. Le public de ce nouveau média créé à l’initiative de Philippe Gildas ? « Les plus de 45 ans », précise Samuel qui a eu l’occasion de filmer là quelques artères de Vauban plus que d’Esquermes.

Scènes insolites

Au centre de son reportage, un militant évoquant le passé, le présent et l’avenir de ce secteur lillois. Mais la caméra a aussi enregistré les témoignages de riverains qui ont accompagné le groupe. Comme elle s’est arrêtée sur quelques scènes insolites : un chien portant un noeud papillon coloré ou un pélican dessiné sur une façade de bâtiment, non loin de la place Catinat. À signaler, enfin, un arrêt devant les célèbres plaques de la rue Roland, corrigées en « Groland » par quelque étudiant plaisantin. Au final, des prises de vue et des tranches de vie diurnes et nocturnes, que certains téléspectateurs ou internautes découvriront dans quelques semaines. Décidément, la ville n’en finit pas d’attirer les regards... • CH. D. (CLP)

27.9.07

Rencontre du troisième T.P.

Jeudi 27 septembre. 18 heures 46. Par un concours de circonstances extraordinaire, je me retrouve seul-à-seul avec Tony Parker[1], pour une petite interview au Hyatt Vendôme, le luxueux hôtel de la rue de la Paix dans le IIe arrondissement à Paris. A peine le temps de lui poser trois questions…

Tony Parker, vous organisez une soirée de gala ce soir pour l’association Make a wish [2] que vous parrainez. Pourquoi est-ce important de se mobiliser pour la cause défendue par cette organisation ?TP : C’est quelque chose qui me tient vraiment à cœur. J’aime bien aller au contact des jeunes et il y a deux ans, je me suis engagé après une rencontre avec un petit malade. C’est lui qui m’a donné envie de m’investir dans cette œuvre caritative. Et avec ma mère, on a decidé de donner du temps à Make a wish parce que tu vois, ma vie c'est un peu comme un rêve quand même. J’en ai pris conscience et donc maintenant, j’ai envie d'aider les autres, de recolter de l’argent et de rendre la vie plus douce aux enfants de 3 à 18 ans qui sont en phase terminale.

Vous dîtes que votre vie est un rêve. La prochaine étape de ce rêve, c'est la légion d'honneur que vous allez recevoir du président Sarkozy ?
TP : Oui, ça me fait plaisir ! En fait, c'est plus mon entourage qui est excité parce que moi, j'ai du mal à m’en rendre compte. Jamais j'aurais imaginé recevoir une telle récompense. C'est un honneur, je suis très, très content : c'est pas tous les jours qu'on peut aller à l'Elysée. Ca va être super d’y aller avec ma famille et mes amis...

Le championnat de basket de Pro A (première division française) reprend demain. Vous avez des favoris ?
TP : Je supporte mon frère [3] évidemment et donc je vais suivre Nancy. D'ailleurs, je vais aller les voir jouer ce samedi mais je n’ai pas de favori pour le titre. Je ne m'y connais pas assez... Tout ce que je sais, c'est que tout peut arriver dans ce championnat parce que la finale se joue en un seul un match !

18 heures 49. L'interview a duré trois minutes montre en main. Son souvenir restera gravé dans ma mémoire sans doute plus longtemps...

Samuel Duhamel

[1] Pour les extraterrestres qui ne connaîtraient pas Tony Parker, sachez qu’il est le basketteur français le plus doué de l’histoire. Il a été le plus jeune meneur de jeu titulaire dans l'histoire du championnat américain (National Basketball Association - NBA) à 19 ans et 173 jours, il a gagné trois fois le championnat NBA (2003, 2005, 2007) considéré comme le plus relevé au monde, il a été élu meilleur joueur de la finale 2007 et a été sélectionné en 2006 et 2007 au All-Star Game, le match d'exhibition entre les meilleurs joueurs du championnat américain.

[2] Make a wish est une association sans but lucratif qui fonctionne grâce au travail de bénévoles. Leur mission est de réaliser le vœu d’enfants atteints de pathologies lourdes. L’histoire de Make a Wish a commencé aux Etats-Unis en 1980. Aujourd’hui, l’association a « réalisé plus de 100 000 vœux » grâce au travail de 50 000 volontaires.

[3] Terence Jonathan Parker, le frère de Tony, joue meneur de jeu dans l'équipe de Nancy.

26.9.07

Docteure Roselyne et misses Bachelot

Joviale et avenante comme à son habitude, Roselyne Bachelot a présenté aujourd'hui le budget que consacrera l’Etat à la Jeunesse et aux Sports en 2008. Au total, c’est plus d’un milliard d’euros qui sera consacré à ce ministère, soit environ 0,4 % du budget de l’Etat.

Mais outre ce chiffre brut, l’information principale de la conférence de presse organisée par Bachelot concerne la ministre elle-même. D’un côté, l’ancienne députée de Maine-et-Loire fait preuve de bon sens et de solidarité en assurant que, dorénavant, les athlètes paralympiques toucheront une prime analogue à celle de leurs collègues valides en cas de médaille aux Jeux Olympiques. 50 000 euros pour l’or, 30 000 pour l’argent et 20 000 pour le bronze… Une enveloppe de près de 5 millions d’euros est d’ailleurs prévue pour féliciter et remercier nos futurs champions lors des JO de Pékin. [1]

De l’autre, la Sarkozette annonce qu’elle pense se rendre deux fois dans la capitale chinoise en août et septembre prochains : une fois pour y soutenir les Tricolores valides, une autre pour y encourager les bleus handicapés… Mais quelle mouche l'a donc piquée pour qu'elle ose sortir une ineptie pareille ? Un aller / retour Paris – Pékin représente un voyage de 16 440 kilomètres en avion, soit 264 000 litres de kérosène consommés[2]. Pour une ministre, passe encore ! Mais remettre le couvert deux semaines plus tard, c’est vraiment ne rien comprendre à l’expression « changer de modèle de société ». Si Bachelot tient son « engagement », elle aura, brûlé à elle-seule 1 200 litres de pétrole en à peine deux semaines, juste pour ce double voyage. 1 200 litres de pétrole, c’est ce que consomme le Burkinabé moyen en un an… pour couvrir l’ensemble de ses besoins en énergie.
Décidément Chirac avait raison : la maison brûle et nous regardons ailleurs…
Samuel Duhamel

Ps : Roselyne Bachelot a été ministre de l’Ecologie et du développement durable entre 2002 et 2004.


[1] Le budget alloué aux primes ne semble pas trop mince lorsqu’on sait qu’à Athènes en 2004, les athlètes handicapés tricolores avaient obtenu 74 médailles, soit 41 de mieux que les valides.
[2] Source : www.info.effetdeserre.fr

20.6.07

Bernadette Chirac, madâme de fer

C’est l’histoire d’une première Dame de France qui, grisée par les sirènes du pouvoirs, en oublie son humanité. C’est l’histoire d’une élue corrézienne qui, mariée au Président de la République, se prend pour la Reine du pays. C’est l’histoire d’une pauvre vieille femme qui, restée trop longtemps dans l’ombre, veut prendre sa revanche sur la vie.
L’héroïne de Madâme, le dernier documentaire de John Paul Lepers (Elysez-moi, En avant, marche !...) et de Jean-Sébastien Desbordes, s’appelle Bernadette Chirac. On l’a tous lue, vue, écoutée sans jamais avoir réussi à la cerner. D’elle, on ne connaît vraiment que ses coupes de cheveux déjantées et ses élans de générosité, à coups de pièces dorées. Le film de Lepers lève le voile sur le reste. On y découvre une suzeraine autoritaire qui ne supporte pas la critique ou la remise en cause de son statut de femme d’Etat. Sa méfiance envers les citoyens trop irrespectueux ou pas assez obséquieux est saisissante. Alors, quand Lepers et son équipe débarquent aux réunions publiques où elle se rend, la vieille dame se raidit. Chirac est une bourgeoise réservée et froide. Fille d’aristocrates parisiens, née Chodron de Courcelles, elle contraste singulièrement avec son paysan de mari… A l’Elysée, pendant douze ans, elle s’est comportée en être supérieur avec son entourage alors que la Constitution de la Ve République ne lui garantissait aucun pouvoir. Et pourtant ! Autocensure des journalistes, servilité des employés de l’Elysée, soumission de ses adversaires politiques corréziens… Son influence a été énorme.
Le film est basé sur l’opposition, imposée par la dame de fer, entre elle et Lepers. Ce dernier apparaît souvent à l’image, sans doute plus qu’elle. Mais n’y voyez pas de tentation du « je » ou de narcissisme primaire. Le journaliste se montre parce qu’il souhaite aller l’encontre de Bernadette Chirac, parce qu’il veut la comprendre. Certes, quelques questions révèlent un poil de mauvaise foi ou d’arrogance. Et alors ? L’important est ailleurs. La grandeur du documentaire réside dans l’affrontement entre une Chirac, engoncée dans ses certitudes, qui se considère supérieure au reste de la population et un Lepers, qui sincèrement, intellectuellement, presque naïvement, ne comprend pas pourquoi une femme de Président peut agir en monarque absolue dans une République. Le choc des cultures est captivant.
Au-delà de ce dialogue de sourds entre les deux protagonistes, le film recèle une part d’enquête fort attrayante : on y découvre par exemple les mensonges proférés publiquement sur les quantités de pièces jaunes récoltées, les collusions entre la Chiraquie et TF1 via Anne Barrère, ancienne conseillère de la « Présidente » et épouse de Robert Namias, directeur de la rédaction de la première chaîne, les détournements de moyens publics à des fins privées, les abus de pouvoir de la première Dame de France sur ses terres corréziennes… Un vrai régal !
Rythmées par d’agréables phrases musicales de Romain Dudek, les séquences du film contiennent des perles comme cet échange entre Lepers et les policiers chargés de surveiller l’entrée du château de Bity, propriété des Chirac, ou cette discussion à bâtons rompus avec les amis Milou et Jean-Pierre, des voisins du couple présidentiel. Intéressant, séduisant, instructif : Madâme est un documentaire d’actualité réussi. A voir absolument !

Samuel Duhamel

Madâme, le film de John Paul Lepers et Jean-Sébastien Desbordes, production : 17 juin média et On y va ! média, 90 min, 2007

Pour aller plus loin : - http://www.latelelibre.fr/ (la télévision indépendante de la bande à Lepers sur Internet)
- http://blog.romaindudek.net (le blog politique et musical de Romain Dudek, le compositeur des musiques du documentaire), avec un extrait juste là.

14.6.07

Clearstream par Denis Robert

Raconter la vérité, rien que la vérité, toute la vérité sur une nébuleuse opaque de la finance internationale… Voilà la mission périlleuse que s’est donné le journaliste Denis Robert en écrivant Clearstream, l’enquête. Bien lui en a pris. Devenu l’un des sujets d’actualité les plus brûlants des derniers mois, le volet politico judiciaire de l’affaire Clearstream reste un sujet abscond pour les citoyens non-initiés aux pratiques perverses des chambres de compensation. Il fallait donc un livre pour éclaircir les zones d’ombre et rappeler, fait après fait, tenants et aboutissants du « plus improbable steeple-chase judiciaire de ces trente dernières années ».

L’objectif est largement atteint. Rien d’étonnant à cela : après deux livres (Révélation$ et La Boîte noire, éd. Les Arènes) et deux enquêtes télé (Les Dissimulateurs et L’affaire Clearstream racontée à un ouvrier de chez Daewoo, prod. The factory), Denis Robert est devenu le spécialiste des dérives de la banque des banques. Le livre répondra donc à toutes les questions qu’un citoyen en alerte est en droit de se poser sur les errements de la société luxembourgeoise et sur ses incidences hexagonales. Quelles sont les responsabilités de Villepin et Chirac ? Sarkozy est-il totalement innocent dans cette histoire ? Pourquoi Jean-Louis Gergorin, dit le corbeau, a-t-il envoyé des listes contenant de fausses transactions financières au juge Renaud Van Ruymbeke ?, Les services secrets français sont-ils utilisés à des fins personnelles par les gouvernants ?...

Précis et rythmé, le récit contient de savoureuses anecdotes sur l’inimitié entre Sarkozy et Villepin. Parmi elles, la déclaration de l’ancien Premier ministre, à la lecture des fausses listes de Gergorin, où figure le nom de l’actuel Président : « Ca y est, on le tient ! Si les journalistes font leur travail, et s’ils ont des couilles, il ne survivra pas à cette affaire-là. » La riposte de Sarkozy n’est pas mal non plus : lorsqu’il se sait complètement innocenté, il dépose une plainte avec constitution de partie civile et affirme vouloir « pendre à un croc de boucher celui qui a fait cela. » A l’autre bout de la chaîne, Chirac et Villepin doivent trembler de peur…

Un seul regret toutefois : l’ouvrage raconte parfois davantage la manière dont Denis Robert a vécu l’affaire Clearstream que l’affaire Clearstream elle-même. Les passages où l’auteur décrit ses impressions et ses sentiments sont peut-être trop nombreux eu égard à l’absence d’interviews ou de témoignages extérieurs. Un aspect négatif qu’on oublie fort vite, tant le fond du dossier est captivant.

Samuel Duhamel


Clearstream, l’enquête de Denis Robert, les Arènes, Paris, 2006, 19 € 80

Affaire Clearstream 2 : qui a fait quoi et que s’est-il passé ?

Pour les lecteurs souhaitant savoir, dans les grandes lignes, ce que contient le volet politico judiciaire de l’affaire Clearstream, voici une synthèse revenant sur les faits et les implications de chacun. Ce résumé est issu de livre de Denis Robert, Clearstream, l’enquête.
« Ma seule obsession, depuis le début de cette aventure, a été la vérité. C’est un peu con à dire. Sans doute présomptueux. Mais c’est ainsi. Soyons pragmatique… Qu’est-ce que la vérité ? Le contraire du mensonge et de la communication. L’information. »

Denis Robert

A la suite de Denis Robert, de nombreux journalistes ont pertinemment disjoint le volet financier du dossier – dit affaire Clearstream 1 – de son aspect politique – dit affaire Clearstream 2 –. Robert est un spécialiste de la chambre de compensation luxembourgeoise. Il connaît donc les deux facettes de l’intrigue sur le bout des ongles. Il a consacré deux livres[1] au premier volet de l’histoire. Ils racontent comment Clearstream, une chambre de compensation internationale, a dissimulé des transactions financières, a blanchi de l’argent sale et a noirci de l’argent propre au profit de multinationales et de riches individus. Les sommes détournées ou cachées se mesurent en dizaines de trillions d’euros (13 zéros…) dans certains cas.

L’information financière : le nerf de la guerreL’affaire Clearstream 2, celle qui nous intéresse ici, est en quelque sorte la conséquence française des dérives révélées par Denis Robert dans ses deux premiers ouvrages sur la banque des banques luxembourgeoise. Opposé à Clearstream et à ses banques partenaires pour diffamation dans une vingtaine de procès – qu’il remportera d’ailleurs quasiment tous –, Robert est un jour contacté par Imad Lahoud, gendre d’un ancien directeur de cabinet de Chirac, François Heilbronner. A l’origine, en 2003, Lahoud déclare à Robert qu’il est impressionné par la qualité de son travail sur Clearstream et qu’il dispose d’informations pouvant l’intéresser. Informaticien, grand boursicoteur et spécialiste du hacking, Lahoud a le profil idéal pour aider Denis Robert dans ses recherches sur les procédés corrupteurs de la firme du Luxembourg. En réalité, l’ancien trader est missionné par la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) à la demande de Jean-Louis Gergorin. Ce dernier, numéro 2 du groupe EADS, principal vendeur d’armes et d’avions français, et membre du clan Chirac, a fait croire au gouvernement Villepin que son ami Lahoud a réussi à hacker le système informatif de Clearstream et qu’il y a découvert des comptes cachés aux noms de Strauss-Kahn, Chevènement, Madelin… et surtout Sarkozy. Le but de Gergorin et de Lahoud est de récolter un maximum d’informations sur Clearstream et sur les transactions réalisées par leurs adversaires politiques. L’information financière est en effet le nerf de la guerre politique car elle constitue un incroyable moyen de pression. Gergorin et Lahoud cherchent alors à obtenir des renseignements obtenus par Denis Robert après quatre ans d’enquête sur Clearstream. Séduit par les promesses de Lahoud et ses connaissances du dossier, Robert accepte de lui transmettre une liste contenant plus de 33.000 références de clients.
Le nœud de l’intrigue est alors noué. Chacun y trouve son intérêt. Lahoud et Gergorin obtiennent des informations confidentielles sur Clearstream auprès de Robert. Denis Robert se sent soutenu par un hacker de génie (Lahoud) et voit son enquête se poursuivre à l’échelon national. Villepin et Chirac sentent qu’ils peuvent décrédibiliser Nicolas Sarkozy pendant de longs mois car son nom figure sur la liste du réseau de corruption de Clearstream. Sauf que la liste est fausse. A l’époque (mi-2004), seuls Lahoud et Gergorin le savent…

Où Gergorin devient le corbeau…
Zélé autant que malhonnête, Gergorin va alors envoyer les faux listings au juge Renaud Van Ruymbeke, lui demandant de vérifier leur exactitude. Il sait qu’analyser des fichiers informatiques opaques, comme ceux de la finance internationale, réclame du temps, beaucoup de temps. Suffisamment en tout cas pour que Strauss-Kahn et Sarkozy soient plombés juridiquement et médiatiquement jusqu’à la présidentielle. C’est ainsi qu’il envoie les premiers courriers anonymes au juge qui décide d’instruire l’affaire. Ces derniers contiennent des comptes et des preuves de commissions qui auraient bénéficié à une soixante d’initiés, dont Sarkozy, Madelin, Chevènement… Le corbeau est né, l’affaire Clearstream 2 aussi.

Une manipulation savamment orchestréeLe pari de Gergorin et Lahoud est réussi. Villepin se délecte de savoir que son meilleur ennemi Sarkozy va être inquiété par la justice. Chirac évoque en interne un troisième mandat. Bref, tout va pour le mieux en Chiraquie. Jusqu’à ce qu’un jeune auditeur de la multinationale Arthur Andersen contacte Denis Robert. Florian Bourges explique au journaliste qu’il détient de nombreuses informations sur la firme luxembourgeoise. Il a en effet participé à l’audit de la banque des banques en 2001. Durant cet audit, Bourges a repéré de nombreuses anomalies et il tient à en faire part à Denis Robert pour apporter de l’eau à son moulin. Spécialiste des procédures informatiques et désireux de voir condamner les responsables du réseau de corruption Clearstream, il prend contact avec le juge Van Ruymbeke pour l’aider dans son instruction. Ce dernier lui confie alors l’un des CD-Roms que le corbeau lui a envoyés. La surprise de Bourges est totale : les listes contenues sur le CD-Rom sont en fait la base de son travail d’audit de 2001, à laquelle des noms falsifiés ont été ajoutés. Bref, les données envoyées par le corbeau sont fausses. Sarkozy, Madelin et les autres n’ont pas touché de commissions occultes, ils n’ont rien voulu cacher dans la boîte noire de Clearstream. Tout cela n’est que dissimulation.

Haine Sarkozy – VillepinL’affaire se termine-t-elle ici ? Pas vraiment ! Le Premier ministre Villepin est persuadé que les listes de Gergorin détiennent une part de vérité. Il ne souhaite donc pas transmettre le rapport de la Direction de la surveillance du territoire (DST) qui blanchit les politiques incriminés. Les mois passant, Van Ruymbeke se rend compte de la manipulation et finit par cesser son instruction. Comme les autres, Sarkozy est innocenté. Mais le futur Président n’a pas apprécié de voir le doute et la honte le poursuivre durant de longs mois. Villepin aurait pu le libérer du poids qui pesait sur lui de longue date. Il ne l’a pas fait. La revanche de Sarkozy sera terrible : il dépose plainte avec constitution de partie civile pour dénonciation calomnieuse. En ligne de mire directe : Lahoud, auteur des fausses listes, Gergorin, le corbeau, Villepin et Chirac qui ont voulu se débarrasser d’un rival avec une sinistre affaire judiciaire. Pour l’instant, seuls les deux premiers ont été mis en examen mais il semble que l’on ait pas fini d’entendre parler de l’affaire Clearstream…

Samuel Duhamel

[1] Révélation$ et La Boîte noire, éd. Les Arènes

25.5.07

Contre la croissance, le progrès

« Sur une planète physiquement limitée comme la nôtre, une croissance illimitée des productions matérielles est clairement impensable. » Une évidence, non ? Pas tant que çà au vu des déclarations de 95% de nos dirigeants. A droite, à gauche et au centre, on reste persuadé, après 250 ans de productivisme, que la solution de tous nos maux réside dans le toujours plus. Contre le chômage, la croissance. Contre la misère, la croissance. Contre la dette, la croissance. Contre le dérèglement climatique, la croissance…
L’ouvrage de Christian Comeliau, La croissance ou le progrès ?, renverse cette idée répandue avec brio et intelligence. Sans dogmatisme, il démonte les artefacts de l’idéologie dominante et souligne les limites du système capitaliste. Accroissement des inégalités, augmentation du nombre de miséreux, destruction de la planète…, la croissance du PIB a engendré de nombreux maux, sans apporter de solutions aux problèmes qui rongent nos sociétés.
La force du livre de Comeliau consiste à montrer que les fruits de l’accumulation des richesses profitent d’abord aux nantis. Si une minorité de privilégiés accèdent au confort et à l’abondance, c’est uniquement parce qu’une majorité de sans-grade sont contraints au dénuement. « Nous demandons à la Terre plus qu’elle ne peut nous donner », résume Comeliau, reprenant à son compte le discours de l’écologiste américain Lester Brown. Mais alors pourquoi avancer toujours plus vite si nous avons pris la mauvaise direction ? Egoïsme, mimétisme, poids des habitudes, paresse intellectuelle…, les causes de notre aveuglement sont innombrables. Le défi à relever est donc immense…
Malgré les difficultés, le livre ne sombre pas dans le catastrophisme. Il présente moult remèdes aux fléaux qui heurtent notre civilisation : adoption d’autres indicateurs de progrès social (BIP 40, ISS, IDH, empreinte écologique…), priorité accordée à la lutte contre l’indigence grâce à la régulation et la redistribution, sortie de l’économisme ambiant et recherche de l’équité, de l’autonomie et de la convivialité des relations humaines…
Si le pouvoir politique actuel ne réussit pas à construire une société juste et équilibrée, c’est qu’il utilise des moyens injustes et partiaux. En appeler à la croissance est un manque de responsabilité envers les générations futures et les peuples miséreux. Pour Comeliau, il faut imaginer un autre avenir, changer de paradigme pour pouvoir enfon vivre ensemble sur la planète. A la lecture de son livre, difficile de ne pas être d’accord avec lui !

Samuel Duhamel

La croissance ou le progrès ?, Croissance, décroissance, développement durable, Christian Comeliau, Seuil 2006, Paris, 23 €

17.5.07

Ca sent la défaite !


23 avril 2007, 19h50, au café citoyen à Lille. Tout le monde espère qu'il ne sera pas là... Malheureusement, il arrive en tête. Les réactions entre amerture et espérance...

Samuel Duhamel

Les sans-papiers en veulent à Lambersart !


Début avril 2007, la campagne présidentielle bat son plein mais des dizaines de milliers de sans-grade restent écartés des débats publics. Ce sont les sans-papiers. Pour faire face à l'indifférence, il leur reste la lutte. Reportage à Lambersart.
Sophie Sassard et Samuel Duhamel

Europe : pourquoi l'indifférence ?


Au même titre que la décroissance ou les retraites, l'Europe a été laissée de côté pendant la campagne électorale. Pourtant, 70% de nos lois sont d'origine continentale. Alors, pourquoi ce snobisme ?
Laure Boutin et Samuel Duhamel

Contre l'asthme... le sport


Depuis trois ans, les acteurs institutionnels de la région Nord-Pas-de-Calais se mobilisent lors de la Journée mondiale de l'asthme. Cette année, le thème de cette journée était "Asthme et activité physique". Reportage au centre hospitalier de Roubaix.
Anthony Clément et Samuel Duhamel

Bomy et le vote CPNT


Bomy est un village du Nord-Pas-de-Calais ayant voté en masse pour Jean Saint-Josse en 2002. Tentatives d'explication à quelques jours du premier tour de l'élection de 2007.
Anthony Clément et Samuel Duhamel

19.3.07

Un beau titre, un beau livre

Il est des ouvrages qui n’attirent les lecteurs que par la majestuosité de leur titre. C’est le cas du dernier essai de l’avocat béninois, Adrien Houngbédji. Intitulé Il n’y a de richesse que d’Hommes, le livre ne peut laisser indifférent aucun humaniste qui se respecte. Certes, le natif d’Aplahoué (sud du Bénin) ne fait que reprendre la citation d’un magistrat français du XVIe siècle, Jean Bodin. On pourrait le taxer de plagiat, il est en fait un homme politique intègre et magnanime. Ancien président de l’Assemblée nationale, deux fois Premier ministre, Adrien Houngbédji a concentré l’essence de son être dans un titre qui fait frémir de plaisir. Quel politicard occidental aurait le culot et la bravoure de nommer un de ses essais ainsi ? Imaginer Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac ou Ségolène Royal écrire Il n’y a de richesse que d’Hommes paraît impossible… ou alors avec une bonne couche d’hypocrisie.
Certes, le livre d’Houngbédji n’a que peu d’intérêt pour le lecteur moyen européen concentré sur les résultats de la bourse, les résultats du XV de France ou la couleur de sa prochaine voiture tuning. A l’intérieur du bouquin au titre d’or, il est question du Bénin, un pays grand comme l’Angleterre mais avec le PIB du Burkina. On y découvre ses problèmes politiques, économiques et sociaux, son Histoire, les clés de son avenir… On n’y apprend quelques informations croustillantes sur l’ancien Dahomey comme le fait que la biomasse constitue 67% de sa consommation d’énergie, que 90% de son budget provient d’aides extérieures ou que les activités informelles forment 70% de sa richesse. Mais globalement, ce que l’on apprend d’Houngbédji se situe à mille lieues de nos préoccupations quotidiennes et de notre impératif d’efficacité.
Pourtant, même si l’on est déçu du livre, même s’il ne remplace pas un voyage au Bénin et la rencontre de ses habitants, on ne regrette pas d’avoir lu Houngbédji. Car, au fond, qu’on soit d’accord ou pas avec ses analyses, on sait en permanence qu’on partage avec lui une même vision du monde, qu’on croit en la même religion… celle de la libération de l’Homme.

Il n’y a de richesse que d’Hommes, d’Adrien Houngbédjy, éditions L’Archipel, Paris, 2005, 17 € 85

Samuel Duhamel

La Môme Piaf au septième ciel

Un film somptueux pour une immense artiste… Le cinquième long métrage d’Olivier Dahan (Déjà mort, La vie promise, Le petit poucet, Les Rivières pourpres 2) est un voyage magnifique au cœur du Paris des années 30 et 40, celui d’Edith Giovanna Gassion dite Piaf. Sorti le 14 février au cinéma, La Môme raconte l’inimaginable destin de la plus grande chanteuse populaire de la France du XXe siècle. Loin de tomber dans la narration bassement chronologique, Dahan construit son œuvre méthodiquement, en usant avec joie du flash-back et de l’avancée dans le temps. Résultat : même les fins connaisseurs de la vie de Piaf sont surpris par l’histoire ô combien tragique de l’enfant de Belleville.


De sa double kératite qui la rend aveugle durant l’enfance jusqu’à sa mort à 47 ans dans la souffrance la plus terrible, c’est une vie hors du commun qui défile sur l’écran. Une vie de misère d’abord : celle de prostituées qui l’éduquent suite au départ d’un père indigne et d’une mère indigente. Et puis, il y a cette voix qui résonne encore dans le cœur de tous ceux qui eurent la chance de l’entendre. Une voix profonde, assurée et révoltée qui séduit dès la première écoute. Piaf (Marion Cotillard) sait s’en servir comme un soldat se sert de son fusil. Elle ne la ménage jamais. Quand elle se produit, elle l’offre à ses spectateurs venus l’écouter dans la rue, en extase… Parmi les passants, le gérant du cabaret Le Gerny’s, Louis Leplée (Gérard Depardieu), qui la remarque et lui offre ses premiers tours de chant. Après quelques atermoiements et un court retour dans le dénuement, Piaf met le doigt dans l’engrenage à succès. Elle monte alors jusqu’au ciel, rencontrant de grands artistes (Raymond Asso, Marguerite Monnot, Jean Cocteau, Marlène Dietrich…) et devient une icône jusqu’à New York où elle triomphe dans les années 50. Si elle séduit autant, c’est sans doute parce que Piaf est toujours elle-même. Elle ne sait pas tricher. Elle ne s’adapte jamais aux autres préférant que les autres s’adaptent à elle. Sa fraîcheur et sa spontanéité s’expriment alors naturellement, ensorcelant ses détracteurs potentiels.


La prouesse d’Olivier Dahan consiste à refonder l’univers de la chanteuse jusqu’au moindre détail. Grâce à un décor ultra réaliste, des personnages magnifiquement interprétés et un maquillage stupéfiant, on ne regarde pas Piaf ; on est avec elle. On traverse, au plus proche de l’artiste, périodes de doute et de solitude et instants bénis par l’amour, le seul sentiment l’ayant réellement animée. Les amants sont nombreux (Montand, Asso, Moustaki, Sarapo…) mais c’est l’histoire avec Marcel Cerdan (Jean-Pierre Martins) qui couronne la vie de Piaf et sur laquelle Dahan s’arrête. Une romance impossible entre deux monuments de la France de l’après-guerre. Une romance dont Piaf ne se relèvera jamais… Mais qu’importe après tout. Pour les passionnés comme Piaf, qui vivent plus qu’ils ne durent, l’important est d’avoir tout donné, jusqu’à l’extrême, d’avoir aimé jusqu’à l’inéluctable rupture, d’avoir partagé son talent jusqu’au dernier souffle. Ce sont ces excès qui ont fait Piaf et qui font de La Môme un film accompli et savoureux. Construit format crescendo, il se termine dans un bouquet final magistral qu’on attendait avec envi. C’est sûr, dans le film de Dahan, non, rien de rien, non, on ne regrette rien…



La Môme Mélodrame d'Olivier Dahan. Avec Marion Cotillard, Sylvie Testud, Pascal Greggory, Emmanuelle Seigner, Jean-Paul Rouve, Gérard Depardieu, Jean-Pierre Martins, Catherine Allégret, Marc Barbe. Durée : 2 h 20.

Samuel Duhamel

Cotillard est Piaf

« J'arrivais à 5 heures du matin sur le tournage car il fallait parfois cinq heures de maquillage. Je me transformais sous les doigts du maquilleur Didier Lavergne. Il devait reconstituer la texture de la peau, des veines, des rides. Un travail d'artiste ! Je portais aussi une prothèse dentaire pour avoir des dents plus en avant et le phrasé particulier d'Édith Piaf. C'était épuisant. Mais, l'aventure en valait bien la peine ! » Personne ne viendra contredire Marion Cotillard. César du meilleur second rôle dans Un long dimanche de fiançailles, l’actrice française est éblouissante dans le dernier film d’Olivier Dahan. Comme Audrey Tautou pour Amélie Poulain ou Salma Hayek dans Frida, elle a probablement joué le rôle de sa vie. Tous les ingrédients étaient réunis : un personnage central d’envergure, une grande diversité de scènes, des sentiments profonds en pagaille, des acteurs secondaires de renom et la nécessité de se sublimer. Marion Cotillard réussit à se faire oublier et à rentrer parfaitement dans le rôle de la plus grande chanteuse française du denier siècle. Sa performance est telle qu’on se surprend à penser que certaines images sont d’époque et que c’est la vraie Piaf qui est à l’écran. Phrasé dynamique, accent parisien à couper au couteau, démarche saccadée et fragile, pendant deux heures vingt, Cotillard fait revivre Piaf. Et le rose redevient à la mode.

Samuel Duhamel

1.3.07

A França no cruzamento

Após 12 anos no palácio do Elysée, o chefe de Estado Jacques Chirac vai ceder seu lugar a um novo presidente em maio. Há semanas, a campanha oferece um espectáculo pouco habitual: a tradicional luta entre direita e centro-esquerda está sendo perturbada por dois outros candidatos que podem chegar ao segundo turno. Nunca na história da quinta República o País pareceu tão dividido politicamente.

Decididamente, os combates eleitorais franceses não respondem a nenhuma lógica política. Depois da vitória do Mitterand (PS – centro-esquerda), em 1981, quando o mundo virava à direita (Reagan nos Estados Unidos, Thatcher no Reino Unido, Kohl na Alemanha...), após a vitória do Chirac (UMP – direita), em 1995, apesar da chegada de candidatos de esquerda à frente de estados ocidentais (Clinton, Blair, Schröder, Prodi...), após o cataclismo eleitoral de 2007 com a presença do Le Pen (FN – extrema-direita) no segundo turno, a França parece reservar nova surpresa.
Dois candidatos, Nicolas Sarkozy (UMP) e Ségolène Royal (PS), lideram as pesquisas de opinião. Aliás, o atual ministro do Interior é o grande favorito das sondagens. Seu estilo popular, aliado a uma retórica perfeita e a receitas econômicas liberais, seduz muitos franceses, principalmente rurais ou do operariado. Mas este sucesso pode surpreender: a passagem do candidato conservador no governo foi um fracasso quase total com o aumento dos atos de violência, a permanência do clima de insegurança e a revolta dos subúrbios. Sarkozy, porém, é um político moderno: mesmo sendo criticado por muitos, continua atacando os adversários com entusiasmo e carisma. Os franceses parecem apreciar...
Diante da agressividade do ministro, a calma e a serenidade de Ségolène Royal podem fazer a diferença. Mulher do atual primeiro-secretário do Partido Socialista, François Hollande, e antiga protegida do presidente Mitterand, a sílfide tenta jogar o papel de mãe da nação e atrair o eleitorado de esquerda à sua trindade: liberalismo econômico, proteção social e autoritarismo moral. Mas após uma decolagem eufórica, a candidata socialista está em perda de velocidade nas sondagens – seu projeto parece incoerente, vago e oneroso.
Essa estagnação favorece a François Bayrou (UDF – centro), chamado de “terceiro homem”, em refêrencia ao filme clássico de Carol Reed. Sua posição acima dos partidos políticos (quer governar com homens de direita, de esquerda e com ambientalistas) se tornou atraente. Além disso, e apesar dos esforços do Sarkozy, Bayrou é percebido como “o candidato da ruptura”: quer criar uma sexta República, fundar uma Europa federal e reconsiderar o poder midiático que privilegia o casal Sarkozy-Royal. Este posicionamento estratégico dá-lhe quase 20% das intenções de voto, contra 25% para Royal e 32% para Sarkozy. Uma outra sondagem mostrou que ganharia no segundo turno contra ambos concorrentes.
Enfim, um quarto candidato pode esperar uma classificação na etapa final: Jean-Marie Le Pen. Com 79 anos de idade, o “frontista” ainda é um adversário duro e sem piedade. A ausência de limites em seu discurso e o radicalismo contra os estrangeiros que ele chama de “preferência nacional”, agrada a um número crescente de eleitores. O seu programa populista (“economicamente de direita, socialmente de esquerda”) encontra sucesso entre os operários, os empregados e... a grande burguesia, o que pode lhe trazer entre 14 e 20%.
Quatro favorítos, quase 85% dos votos. Os outros dez candidatos atingirão apenas 15%. A França chegou realmente a uma encruzilhada: só basta saber se os cidadãos franceses vão votar pela liberalização do seu sistema, imitando os países anglo-saxônicos, com Sarkozy ou Le Pen ou decidir preservar seu modelo social – e suas carências –, elegendo Royal ou Bayrou. Mais que uma eleição, haverá a escolha de um modelo social no dia 6 de maio.

Samuel Duhamel
Jornalista, formado em Ciências Políticas no Instituto des Estudos políticos de Lille.

La France a la croisée des chemins

Après douze ans au Palais de l’Elysée, Jacques Chirac (UMP) va céder sa place à un nouveau président en mai prochain. Le début de la campagne électorale offre un spectacle inhabituel : la traditionnelle lutte entre droite et centre-gauche est perturbée par deux autres candidats qui peuvent atteindre le second tour. Jamais dans l’histoire de la Ve République, le pays n’est apparu aussi politiquement divisé.
Décidément, les combats électoraux en France ne répondent à aucune logique politique. Après la victoire de Mitterrand (PS) en 1981 alors que le monde virait à droite (Reagan aux Etats-Unis, Thatcher au Royaume-Uni, Kohl en Allemagne…), après l’élection de Chirac en 1995 quand des chefs d’Etat de centre-gauche arrivaient au pouvoir en Occident (Clinton, Schröder, Blair, Prodi…), après le cataclysme de 2002 et la présence de Jean-Marie Le Pen (FN) au second tour de la présidentielle, la France peut réserver une nouvelle surprise électorale.
Deux candidats, Nicolas Sarkozy (UMP) et Ségolène Royal (PS), arrivent en tête dans les enquêtes d’opinion. D’ailleurs, l’actuel ministre de l’Intérieur reste le grand favori des sondages. Son style populaire, allié à un verbe affûté et à des recettes économiques libérale, séduit beaucoup de Français, principalement les ruraux et les ouvriers. Mais ce succès peut surprendre : le passage du candidat conservateur place Beauvau a été un échec quasi-total avec l’augmentation des actes de violence, la permanence d’un climat d’insécurité et la révolte des banlieues. Mais Sarkozy ne s’en laisse pas compter : même en étant critiqué, il continue d’attaquer ses adversaires avec enthousiasme et charisme. Les Français paraissent appréciés…
Devant l’agressivité du ministre, le calme et la sérénité apparente de Ségolène Royale peuvent faire la différence. Femme de l’actuel premier secrétaire du parti socialiste, François Hollande, et ancienne protégée du président Mitterrand, la sylphide tente de jouer le rôle de mère de la nation et d’attirer l’électorat de gauche à son triptyque : libéralisme économique, protection sociale et autoritarisme moral. Mais après un décollage euphorique, la candidate socialiste est en perte de vitesse : son programme paraît en effet incohérent, trop vague et trop cher.
Cette stagnation profite à François Bayrou (UDF), le troisième homme cher au réalisateur britannique Carol Reed. Sa position au-dessus des partis politiques – il souhaite gouverner avec des hommes de droite, de gauche et avec des écologistes – est devenue attractive. En outre, au grand dam de Nicolas Sarkozy, Bayrou est perçu dans l’opinion publique comme le candidat de la « rupture » : il veut créer un VIe République, fonder une Europe fédérale et reconsidérer le rôle des médias qu’il juge trop proches du couple Sarkozy – Royal. Ce positionnement stratégique lui rapporte près de 20% dans les sondages contre 25% pour Royal et 32% pour Sarkozy. Un autre sondage a montré qu’il gagnerait au second tour contre ses deux principaux adversaires.
Enfin, un quatrième candidat peut espérer se qualifier pour l’étape finale : Jean- Marie Le Pen. Agé de 79 ans, le frontiste est encore un candidat dur et sans pitié. Son absence de limites dans le discours et son radicalisme anti-étranger (« la préférence nationale ») plaisent à un nombre croissant d’électeurs. Son programme populiste (« économiquement de droite, socialement de droite ») rencontre un certain succès chez les ouvriers, les employés et… la grande bourgeoisie, ce qui pourrait lui apporter entre 14 et 20% des voix.
Quatre favoris, 85% des voix. La dizaine d’autres candidats se battra pour le reste. La France est donc vraiment arrivée à la croisée des chemins. Il ne reste plus qu’à savoir si les citoyens français vont voter pour la libéralisation de leur système, en imitant les pays anglo-saxons avec Sarkozy ou Le Pen, ou décider de préserver leur modèle social – et ses carences – en élisant Royal ou Bayrou. Plus qu’une élection, c’est donc un véritable choix de société qui va se décider le 6 mai prochain.

Samuel Duhamel

27.2.07

Bayrou, le premier homme ?

Depuis quelques semaines, le duel programmé entre Ségolène Royale et Nicolas Sarkozy est perturbé par l’envolée dans les sondages du candidat UDF (Union pour la démocratie française), François Bayrou. Même s’il est encore loin de concurrencer la belle et le Cherkar, son positionnement tactique du « ni gauche, ni droite » ou plutôt du « et gauche, et droite » convainc une grosse minorité de Français, fatigués de l’alternance entre droite républicaine et centre gauche.
Pourtant, voter pour François Bayrou, son programme à zéro euro et son catholicisme social n’engendrera pas la révolution indispensable, que les écologistes appellent de leurs vœux. L'intégrité, la sincérité et l'ouverture dudit candidat ne sont pas à remettre en doute. La carrière de François Bayrou a montré qu’il faisait partie des rares hommes politiques à agir avec honnêteté et à se soucier du sort de ses concitoyens. Certes, sa posture actuelle extrême centriste doit être appréciée à l’aune de son soutien à Edouard Balladur et de sa participation aux deux gouvernements Juppé en 1995. Pour autant, il semble difficile de ne pas croire en sa bonne foi et en sa volonté de dépasser les clivages.
Alors oui, François Bayrou a raison. Il a raison de dénigrer la Ve République. Il a raison de critiquer l'absence d'alternatives. Il a raison de dénoncer la confiscation de la démocratie. Il a raison de se battre contre le bipartisme sclérosant qui plombe le système politique français. Sa volonté de construire une Europe fédérale, de fonder une sixième République ou de rompre la loi du talion médiatique révèle le courage et la prise de risque de l’homme autant que du candidat.
Pour autant, glisser son nom dans l'urne ne changera pas forcément la donne. Si François Bayrou représente une « nouvelle France » reposant sur des valeurs plus saines et moins conflictuelles, il est loin de porter les idées qui sauveront notre planète du sombre destin que 200 ans de capitalisme productiviste ont engendré. Bayrou n’a pas de vision du monde. Il reste enfermé dans le dogme de la croissance pour la croissance. Ses propositions environnementales sont très loin de satisfaire les associations écologistes, comme vient de le prouver le dernier rapport de l’Alliance pour la planète. Comme tant d’autres, il est porteur du sempiternel discours sur le « déclin de la France », sur la déchéance du pays, sur sa relégation au classement mondial des PIB. Pourtant, économiquement parlant, la France ne se porte pas moins bien que les autres pays de l'Union Européenne : 3e pays le plus attractif du monde en termes d'investissements directs à l'étranger, une dette publique dans la moyenne des pays européens, un taux de chômage dans la moyenne haute, une balance commerciale plutôt équilibrée, le 16e rang au classement mondial du PIB par habitant (devant l'Allemagne, la Suède, l'Italie, l'Espagne, la Corée du Sud...), des services publics assez performants malgré leur démantèlement par l’actuel gouvernement, un indice de flexibilité situé dans la moyenne des pays européens (source : OCDE, excusez du peu !)... Soyons clairs, si la France va mal au niveau économique, plus de 90% des pays mondiaux ne se portent pas bien non plus.
Pourtant, il faudrait être aveugle pour ne pas voir que quelque chose ne va pas dans l’hexagone. Crise de confiance, rejet des différences, perte de convivialité, racismes anti-noirs, anti-arabes, anti-handicapés, anti-juifs, anti-jeunes, anti-vieux, anti-homos... La France va mal, oui, mais elle va mal parce qu'on a tout fait pour qu'elle aille mal. Crise du CPE, émeute des banlieues, discours sécuritaires, préjugés véhiculés à l'encontre des différentes communautés de la nation, "lepénisation des esprits", montée de l'intolérance, destruction du tissu associatif, avancée pernicieuse et sauvage du libéralisme économique, accroissement des inégalités, précarisation de la population, destruction de notre environnement... Les indicateurs du mal-être ambiant sont innombrables. Le gouvernement actuel en est incontestablement le principal responsable.
Dans le même temps, les catastrophes humanitaires et écologiques nous rappellent l'urgence de transformer le monde. Croire que l'on va pouvoir continuer à croître de manière infinie dans ce monde fini est, au mieux, de l'ignorance, au pire, du cynisme. Il est temps de changer, d'adopter d'autres logiciels de compréhension du monde. Comment faire en sorte que, demain, 35.000 personnes ne meurent pas de faim comme aujourd'hui, hier, avant-hier, avant avant-hier ? Comment réguler la mondialisation prédatrice, pollueuse, irresponsable ? Comment faire pour que les 200 millions de réfugiés climatiques puissent rester chez eux ? Comment faire pour limiter l'élévation du niveau de la mer, pour contrer les dérèglements climatiques, pour que chacun ait accès à l'eau potable, pour réduire les inégalités ? En un mot, comment créer une planète vivable ici, là-bas, aujourd'hui, demain ? Sans rupture avec le système économique actuel (le capitalisme libéral productiviste mondialisé) et sans projet politique global noble, porté de l’échelon local à l’échelon mondial, il n'y aura pas de salut.
"Et François Bayrou dans tout çà ?" Rien sur les OGM, rien sur les alternatives au nucléaire, rien sur l’agriculture nourricière, rien sur la nécessaire décroissance de l’empreinte environnementale et sur les remèdes à la précarisation accrue de la population. Alors, Bayrou, le révolutionnaire de service ? La supercherie est trop grande pour être crédible.
Il est temps de changer le monde, il est temps de sauver la planète. La vraie Révolution n’est pas celle du centre. Elle ne peut être que verte.

Samuel Duhamel

"La Terre dispose de suffisamment de ressources pour satisfaire les besoins de tous, pas pour répondre à l'avidité de chacun."
Gandhi

14.1.07

Le virage néolibéral mène à un mur

Privatisations, baisse des impôts, déréglementations, réduction des dépenses publiques, précarité de l’emploi, ouverture des frontières, flexibilité des salaires et du temps de travail… Les recettes prodiguées par les apôtres du libéralisme sont pléthoriques mais ne poursuivent qu’un seul but : encourager le libre fonctionnement des mécanismes de marché. Qu’importe le prix payé par les couches sociales les plus fragiles et les dégâts sur l’environnement, l’Homme doit être au service de l’économie et se soustraire aux impératifs de son institution reine, le marché.

Si les fondements moraux d’une telle doctrine sont contestables, ses résultats concrets le sont également. Le libéralisme économique est en effet un formidable tremplin aux inégalités. L’exemple états-unien, parangon de l’idéologie libérale depuis l’arrivée de l’acteur Ronald Reagan à la tête du pays en 1980, l’illustre admirablement. Nation la plus « développée » (!) au monde, les Etats-Unis sont aussi le pays le plus inégalitaire d’Occident. Le 1% d’Américains le plus riche détient plus de 40% de la richesse nationale. En 1976, juste avant l’arrivée du souffle libéral sur l’économie mondiale, ce même 1% de la population disposait d’à peine 20% du patrimoine[1]. Une évolution fracassante ! Autre exemple : en 1975, les 100 plus grands patrons américains recevaient moins de 40 fois le revenu d’un salarié moyen. Aujourd’hui, ils touchent plus de 1000 fois ce montant[2]. Encore plus obscène : d’après le programmes des Nations Unies pour le développement, la richesse des 10 personnes les plus opulentes du monde est supérieure à celle des 48… pays les plus pauvres.

L’accroissement des disparités entre puissants et modestes s’accompagne d’un recul du niveau de vie de ces derniers. Pendant les années Reagan (1980-88), le salaire minimum ne fut pas relevé une seule fois, perdant 35% de sa valeur. En dollars constants, le coût des programmes de lutte contre la pauvreté fut croissant de 1945 à 1977, avant de ralentir de 77 à 80. Avec la première administration Reagan, la progression devint recul[3]. En France, la même tendance est perceptible : en quinze ans, de 1982 à 1997, la part des salaires dans le produit intérieur brut français est passée de 69% à 60% , le profit passant, lui, de 26 à 31%[4]. Plus intéressant encore, la très forte augmentation du coût de la vie a considérablement pénalisé le niveau de vie des salariés moyens : en 1970, le pouvoir d’achat d’une famille occidentale moyenne avec deux enfants était supérieur à celui d’aujourd’hui. Autrement dit, il est plus difficile de vivre en 2007 qu’en 1970… alors que la richesse des nations a plus que quadruplé dans l’intervalle.

Autre fléau intrinsèque au libéralisme économique : le chômage. D’une certaine manière, les libéraux ont intérêt à voir la courbe de l’inemploi se gonfler et donc à ne pas le combattre. En effet, plus il y a de chômeurs, moins les travailleurs pourront exercer de pression pour réclamer de nouveaux avantages et plus les profits des actionnaires et des patrons seront importants. Comme le résume Godfrey Hodgson, « au nombre des groupes qui ont avantage à une baisse de l’inflation, même au prix d’une augmentation du chômage, il y a les hommes d’affaires, les investisseurs, les actionnaires… en bref, ceux dont la position dépend de la possession de capital. Au nombre de ceux qui redoutent le chômage, plus que l’inflation, il y a ceux pour qui la seule source de revenus provient du travail. En un mot, le choix entre le chômage et l’inflation est un choix politique entre travail et capital.[5] » Pour les libéraux, le choix est vite fait. Comme le réclame l’OCDE (organisation de coopération et de développement économique), les salariés doivent avoir « le sentiment de moins grande sécurité de l’emploi »…

En outre, force est de constater que libéralisme économique et libéralisme politique ont du mal à faire bon ménage. Généralement, les défenseurs du marché refusent de donner une place importante à la participation citoyenne dans le choix des réformes. Car l’intérêt général n’est pas forcément celui du marché. Selon Philippe Seguin, président de la Cour des comptes et ancien conseiller politique de Chirac, « certaines décisions fondamentales sont prises à l’échelle européenne ou planétaire, de manière formelle ou informelle, sur un mode libéral voire ultralibéral, sans que les peuples aient voix au chapitre. » Pour s’en convaincre, lisons Claude Imbert, fondateur et éditorialiste du Point, à propos du référendum sur le traité instaurant une constitution pour l’Europe : « Un système de démocratie représentative eût été plus prudent. Vous avez un garçon qui bosse toute la journée dans une usine à Nancy. Il rentre tard le soir. J’aime autant vous dire qu’il a envie de boire une bière. Il ne va pas regarder la Constitution dans le détail. A quoi ça sert les Parlements ?[6] » Dans le même style, Philippe Devedjian, ancien ministre de l’Industrie et proche de Nicolas Sarkozy : « Il y a moins de participation aux élections aujourd’hui. Notre peuple est un peu plus sceptique sur la politique et c’est une des formes de la sagesse. » Encore plus fort, Samuel Huntington, historien conservateur états-unien : « Le fonctionnement efficace d’un système démocratique requiert en général un certain niveau d’apathie et de non-participation de la part de certains groupes et individus. » Dormez braves gens, les néolibéraux s’occupent de vous…

En revanche, l’idéologie du marché s’accouple bien avec celle de la violence et de la soumission. Comment faire en effet pour s’introduire dans des pays protectionnistes ou autarciques qui veulent protéger leur économie locale ? Il faut passer en force, évidemment ! Les négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) imposent ainsi le libre-échange aux nations incapables d’affronter la concurrence internationale. Ainsi, par exemple, le coton et le riz, principales ressources du Burkina Faso, sont deux des principales matières importées… au Burkina Faso. Produits ailleurs à moindre coût, le coton et le riz burkinabé ne sont pas rentables lorsque les frontières sont ouvertes. Conséquence : une économie qui ne décolle pas malgré les efforts des agriculteurs locaux. Et pour ceux, qui ne veulent vraiment pas se faire dompter : il reste la guerre. Dans son livre The Lexus and the Olive Tree, Thomas Friedman, père fondateur du néolibéralisme avec Friedrich Hayek, explique : « L’intégration économique de la planète requiert la disposition de la puissance américaine à utiliser sa force contre ceux qui menaceraient le système de mondialisation. La main invisible du marché ne peut pas fonctionner sans un poing caché – McDonald’s ne peut prospérer sans McDonnell, qui construit les F16. Et le poing caché qui rend le monde sûr pour notre économie s’appelle l’armée, la force aérienne, la force navale et les marines US. » La classe, non !

Autre tour de force des néolibéraux : demander à la population de régler des problèmes qu’ils ont eux-mêmes engendrés. L’exemple des déficits publics est évocateur : à force de baisser les impôts (sur le revenu, sur la fortune, sur les entreprises…), de nombreux Etats se sont retrouvés avec un solde de la balance courante négatif. Conséquence : les gouvernants reprennent aux citoyens certains de leurs avantages (assurance chômage, assurance maladie…) en invoquant une nécessité absolue. Bien joué, non : côté pile, les libéraux gagnent (moins d’impôts), côté face, les libéraux gagnent (réduction des dépenses de l’Etat). Reagan, qui croyait en « la magie du marché » - moins l’Etat taxe, plus il remplie ses caisses grâce à un marché salvateur - fut le premier à utiliser ce précepte. Sous son administration, alors que l’activité redémarre, le déficit explose : 175 milliards de dollars en 1984 et 220 milliards en 1986. Georges Bush s’inspire de son maître spirituel et parvient à métamorphoser un excédent budgétaire de 127 milliards en 2001 en déficit colossal de 374 milliards en 2003, soit une détérioration de plus de 500 milliards en trois ans. La énième baisse des impôts destinée aux plus riches avait fait son office.

Enfin, à une époque où la protection de la planète devient la base fondamentale de la poursuite de la vie humaine, le libéralisme économique continue d’exercer une pression insoutenable sur notre environnement. Généralement, les marchés sont myopes (ils voient relativement bien de près mais sont quasiment aveugles quand il s’agit de regarder un peu plus loin). Autrement dit, les marchés sont incapables de penser le moyen ou long terme. L’objectif est de maximiser le profit le plus rapidement possible sans se soucier des conséquences directes que peut occasionner la mise sur le marché de nouveaux produits. D’après les libéraux, il faut donc déréglementer à tout va pour laisser ce dernier opérer son œuvre. Oui mais voilà : ce qui marche économiquement à court terme peut être dramatique au niveau environnemental. Des exemples aussi divers que l’abattage d’arbres dans la forêt amazonienne (l’équivalent d’un terrain de football par minute), le distilbène, la nutrition de bovins avec des farines animales, les OGM, le nucléaire, l’agriculture productiviste, l’amiante… sont efficaces à l’aune du libéralisme mais dramatiques à l’échelle humaine.

En un mot, le libéralisme économique débridé, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, est une plaie pour le développement harmonieux de la civilisation humaine. Même si la pensée du tout marché a conquis le monde, mandaté ses commissaires dans des institutions conçues pour lutter contre elle (FMI, banque mondiale, OMC…), organisé ses congrès (Davos), gravé dans le marbre son règlement intérieur (critères de convergence du système monétaire européen, pacte de stabilité dans l’Union Européenne, plans d’ajustement structurels dans le reste du monde), il ne faut pas se plier à son diktat. Si l’on veut sauver la Terre, si l’on veut redonner espoir aux populations du Nord et sortir les peuples du Sud de la misère, la page du libéralisme doit être tournée. Et plus que cela encore, c’est le système économique actuel - le « capitalisme libéral productiviste mondialisé »[7] - qui doit disparaître pour que germe un modèle où l’homme sera considéré comme une fin plutôt que comme un moyen. Tout reste à faire aujourd’hui. Mais l’heure où le durabilisme régulé qualitatif régionalisé remplacera ce système d’un autre temps n’est peut-être plus si lointaine…

Samuel Duhamel

[1] Kevin Philips, Wealth and democracy : a political history of the American rich, 2002
[2] « Even higher society, even harder to ascend », The Economist, janvier 2005
[3] David Stockman, The triumph of politics : why the Reagan revolution failed, 1986
[4] Dominique Strauss-Kahn, conférence de presse du 21 juillet 1997
[5] Godfrey Hodgson, The World turned right side up : a History of the Conservative Ascendancy in America, 1996
[6] LCI, 15 avril 2005
[7] Yves Cochet, Sauver la Terre, 2004

Le bêtisier du libéralisme économique

Votre amour vous a quitté(e)? Vous avez pris trois kilos le mois dernier ? Votre équipe favorite a perdu à domicile contre Valenciennes ? Pas de souci : si vous voulez retrouver le sourire, lisez avec attention ce bêtisier du libéralisme économique. A mourir de rire…

« Si les pauvres savent qu’il leur faut travailler pour ne pas mourir de faim, ils travaillent. Si des hommes jeunes savent qu’ils n’auront pas de secours dans leur vieillesse, ils économisent. Si des vieillards savent qu’ils auront besoin de leurs enfants, ils tâchent de s’en faire aimer. »
Nassau Senior, spécialiste de la lutte contre la pauvreté

« Plus on organise des secours publics pour prendre soin des pauvres, moins ils prennent soin d’eux-mêmes et, naturellement, plus ils deviennent misérables. »
Benjamin Franklin, philosophe (!), ancien ambassadeur des Etats-Unis en France

« Je suis gaulliste. »
Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire, candidat à l’élection présidentielle, président de l’UMP, conseiller général du canton de Neuilly-sur-Seine Nord, président du conseil général des Hauts de Seine, un café, l’addition.
Pour info, De Gaulle avait écrit dans ses Mémoires de guerre : « L’économie doit être dirigée, d’autant qu’elle est déficiente et qu’elle ne se relèvera pas si on ne la détermine pas. Cette conception du pouvoir armé pour agir dans le domaine économique est directement liée à l’idée que je me fais de l’Etat.»

« Il n’y a pas d’alternative au libéralisme. »
Margaret Thatcher, ancien Premier ministre britannique

« Nul n’a fait davantage que Pinochet et ses conseillers pour démontrer la supériorité de l’économie de marché sur le socialisme. »
Robert Barro, professeur d’économie à Harvard

« Le fait que plus de 90% de notre peuple soient opposés à nos politiques prouve que notre modèle est le bon. »
Pablo Boraona, ancien président de la banque centrale du Chili

« C’est la soumission de l’homme aux forces impersonnelles du marché qui a rendu possible le développement de la civilisation. C’est par cette soumission quotidienne que nous contribuons à quelque chose qui est plus grand que nous ne pouvons comprendre. »Friedrich Hayek, économiste, père du libéralisme économique

« La liberté s’arrête là où on commence le code du travail. »

Laurence Parisot, présidente du Medef

« Là où le commerce passe les armes s’arrêtent. »
Pascal Lamy, directeur général de l’OMC
Pour info, les cinq pays membres du conseil de sécurité de l’Onu (Etats-Unis, France, Chine, Russie, Grande-Bretagne) sont les cinq plus grands vendeurs d’armes au monde.

« Clinton est de gauche. »
Dominique Strauss-Kahn, ancien ministre français de l’Economie
Pour info, Bill Clinton a laissé se creuser les inégalités sociales aux Etats-Unis, a aboli l’aide fédérale aux pauvres, a supprimé la garantie fédérale d’aide à l’enfance en péril, est pour la peine de mort, a décidé un embargo sur l’Irak ayant coûté la vie à 500 000 personnes, a bombardé l’Irak, un café, l’addition.

« Je ne crois pas qu’on puisse désormais administrer l’économie. Ce n’est pas par la loi, les textes, qu’on régule l’économie. Tout le monde admet maintenant l’économie de marché, toutes les forces politiques françaises pratiquement. »
Lionel Jospin, ancien Premier ministre français

« Le droit du travail et la protection de l’environnement sont devenus excessifs dans la plupart des pays développés. Le libre-échange peut permettre de réprimer ces excès en imposant les importations des pays en voie de développement dans nos pays. »
Gary Becker, prix Nobel d’Economie

« Notre but est d’éliminer les obstacles à la flexibilité du marché du travail. »Tony Blair, Premier ministre britannique

« Quand je suis avec Tony Blair et Gerhard Schroeder, je suis quasiment le plus à gauche. »
Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français

Une bible pour les "nonistes" de gauche

Si les antilibéraux n’ont pas encore trouvé de candidat unitaire pour la présidentielle, ils disposent au moins d’un ouvrage de référence. Le grand bond en arrière, dernier essai de Serge Halimi, revient sur le tournant néolibéral qui a bouleversé le système économique mondial, à partir de la fin des années 70. Dans un style limpide et soutenu, les 600 pages du livre présentent les méfaits de l’économie de marché sur les pays pauvres et industrialisés ainsi que la manière dont le capitalisme libéral s’est imposé comme seul horizon économique possible, en dépit de l’opposition d’une majorité de la population mondiale.

La force du livre repose sur la quantité significative d’exemples et de cas concrets rapportés par l’auteur. Du Royaume-Uni aux Etats-Unis, en passant par la Nouvelle-Zélande, la France ou l’Allemagne, le libéralisme a conquis l’ensemble de la planète. Serge Halimi a suivi ce mouvement d’internationalisation de l’économie et explique comment le primat du marché, d’abord considéré comme inopérant entre 1930 et 1970, est rentré dans les cerveaux sans jamais y ressortir. Doucement mais sûrement, la contamination s’est développée jusqu’à atteindre des familles politiques qu’on croyait vaccinées comme les socio démocrates ou une partie des écologistes. Le journaliste du Monde diplomatique s’appuie toujours sur les faits et les dires des thuriféraires du néolibéralisme pour construire son argumentaire. Une méthode efficace qui le préserve du risque de diffamation. Mais s’il donne la parole à Camdessus, Clinton, Sarkozy et les autres, c’est pour mieux les contrer. A la lecture du livre, il apparaît évident qu’humanisme et économie dérégulée sont incompatibles. La démonstration est éclatante. Halimi ne critique pas pour le plaisir ou parce qu’il se croit supérieur à ceux qui pilotent le système économique mondial. Il le fait car, à la lumière de ses recherches, il s’est aperçu que le libéralisme conduisait à davantage d’inégalités entre riches et pauvres et pénalisait les catégories sociales les plus fragiles.

Le travail de recherche est exceptionnel. Une biographie de plus de 200 ouvrages permet de considérer à sa juste valeur la synthèse réalisée par l’auteur. Bien qu’un peu long sur certains passages, Halimi nous emmène là où il le souhaite : dans le domaine du savoir et de la réflexion. Et pour ceux qui n’y connaissent rien en économie, pas de panique : l’essayiste rappelle les fondamentaux (stagflation, politique de l’offre, désinflation compétitive (!)…) qui permettent de suivre le propos sans heurt. Un récit exigeant et détaillé, des convictions aiguisées à l’aune de la réalité, une incitation à changer le monde… Pas de doute, à côté de La grande désillusion de Joseph Stiglitz ou des Nouveaux maîtres du monde de Jean Ziegler, Le grand bond en arrière mérite une place sur le podium dans le palmarès des livres de vulgarisation économique anti-système. A distribuer de toute urgence dans les lycées… et les Parlements !

Samuel Duhamel

Le grand bond en arrière de Serge Halimi, Fayard, Paris, 2006
592 pages, 24 euros

7.1.07

Les 16e, au bout du suspense !

Menés 1 à 0 par une solidaire équipe caennaise, les Valenciennois se sont finalement qualifiés à l'ultime minute du temps réglementaire. Avec Lens, Lille et Calais, il y aura donc 4 équipes en 16e de finale de Coupe de France !

Vous pouvez réécouter les buts de Valenciennes - Caen en cliquant ci-dessous.
VAFC - SMC.mp3